Afin d'évaluer l'évolution des populations de reptiles en France métropolitaine, la Société herpétologique de France a élaborer 3 protocoles, rassemblés au sein du suivi POPReptile, qui répondent à 3 objectifs différents : 

  • inventaires simples : facile à mettre en oeuvre et peu contraignant = POPReptile 1 ;

  • suivis temporels : facile à mettre en place, contrainte moyenne = POPReptile 2

  • habitats et gestion : contrainte plus forte = POPReptile 3

 

Le Groupe Herpétologique des Pays de la Loire, en lien notamment avec ses partenaires de l'atlas, a souhaité mettre en oeuvre le POPReptile dans la région. L'objectif est de mettre en oeuvre les protocoles de type 1 et 2 afin d'acquérir des données de répartition mais également des données permettant d'assurer le suivi temporel des populations. 

Nous encourageons les observateurs naturalistes à disposer des plaques près de chez eux afin de s'engager dans un POPReptile de type 1 voire 2. Le protocole est relativement simple : suivre au moins 1 transect de 4 plaques, 6 fois dans de bonnes conditions au cours de 2 mois. Soit ce transect est placé pour 1 ou 2 ans et correspond donc au protocole de type 1 soit il perdure dans le temps et il correspond au protocole de type 2.

Afin de vous accompagner, Charles Martin et Dorian Angot se chargent de la coordination du POPReptile à l'échelle des Pays de la Loire. Leurs rôles sont les suivants : 

  • vous conseiller dans la mise en place du protocole (lien avec des référents locaux pour avoir des plaques par ex.) ;

  • centraliser les informations (localisation des plaques, type de protocole, fichiers de données, etc.).

  • assurer le lien avec la SHF pour la transmission des données.

POPReptile

Comment participer ?

  1. Prendre connaissance du protocole et contacter Dorian Angot et Charles Martin ;

  2. Disposer les plaques sur le terrain ;

  3. Renseigner le fichier disponible ici et le transmettre aux référents ;

  4. Réaliser les suivis, saisir ses données sur l'une des bases de la région et saisir ses données dans les fichiers de la SHF (disponibles sur la page du protocole) ;

  5. Transmettre les fichiers de la SHF en fin de saison aux référents.